Les experts-comptables nouvelle génération
Contactez-nous : 06 29 93 98 05

Créateurs d’entreprise : attention à l’assurance santé et prévoyance

Partager cet article :

En tant que créateur d’entreprise, vous avez dix mille choses à gérer : concevoir votre business plan, trouver les fonds nécessaires pour votre activité, prospecter… Vous focalisez toute votre attention sur votre nouvelle activité et vous avez raison. Mais, avez-vous pensé à votre couverture santé et prévoyance ? Les nombreuses responsabilités d’un créateur d’entreprise font souvent passer l’assurance au second plan. Et pourtant, les enjeux sont de taille. 

Les enjeux de la couverture santé et prévoyance pour le créateur d’entreprise 

La couverture santé et prévoyance a pour but de permettre aux travailleurs de se prémunir contre les risques financiers dus aux aléas de la vie. Il peut s’agir d’une maladie, d’un accident de travail ou encore du chômage. Et pourtant, de nombreux créateurs négligent ce point essentiel. Ils optent pour une couverture minimum, qui leur coûte moins cher, pensant que les malheurs n’arrivent qu’aux autres ou qu’ils ont le temps d’y remédier. Mais, s’assurer contre les risques les plus importants tels que l’invalidité et la dépendance n’attend pas. Vous devez raisonner de manière objective et arrêter de penser que souscrire une assurance santé et prévoyance est une dépense à fonds perdu. Vous devez consacrer le budget nécessaire en respectant les priorités suivantes : 

  1. l’invalidité, le décès, l’hospitalisation
  2. les indemnités journalières, pour continuer à recevoir un revenu en cas d’arrêt maladie prolongé
  3. la santé.  

L’invalidité : le risque le moins bien couvert à titre obligatoire

Bien que dans notre classement l’invalidité arrive en première position, il s’agit du risque le moins bien couvert à titre obligatoire. En effet, si l’assuré gagne plus que le plafond, alors ses revenus sont ramenés au niveau du SMIC. S’il gagne entre le SMIC et le plafond, alors ses revenus seront ramenés au RSA. Il en est de même pour l’assurance décès. Même si le niveau de couverture des régimes obligatoires est plus ou moins variable, il couvre bien souvent les frais d’obsèques uniquement. Il est donc capital de souscrire des garanties supplémentaires pour éviter de vous mettre en danger, vous et vos proches. 

Cas des chômeurs-créateurs d’entreprise

L’Acre et ses subtilités

Une personne au chômage qui crée ou reprend une entreprise peut bénéficier de l’Acre (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise). Alors, de quoi s’agit-il ? L’Acre est une aide qui permet de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales durant les premières années de vie de l’entreprise. Une partie des cotisations des bénéficiaires de l’Acre est prise en charge par l’État. Mais, il existe deux cas de figure : 

  • Si l’assuré s’inscrit en continuité de son activité salariée, alors il peut profiter des prestations sans délai
  • Par contre, s’il s’inscrit en discontinuité de son activité salariée, il devra patienter un an avant de percevoir les prestations. Une couverture complémentaire s’avère ici aussi primordiale. 

Are ou Arce : attention au choix effectué

Les chômeurs-créateurs d’entreprise bénéficient donc de la portabilité des droits perçus lors de leur emploi salarié précédent (complémentaire santé et bien souvent prévoyance). Mais, ils peuvent également profiter d’aides financières telles que : 

  • l’Are (Aide au Retour à l’Emploi) qui assure à l’entrepreneur un revenu régulier pour assurer ses arrières
  • l’Arce (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) : il s’agit ici des indemnités chômage transformées en capital pour aider l’entrepreneur à lancer son activité (à ne pas confondre avec l’Acre).

Alors, que choisir ? Là n’est pas vraiment la question. Ce que vous devez savoir avant tout est que votre choix aura un impact sur votre portabilité, c’est-à-dire sur le maintien de vos garanties santé et prévoyance. Ainsi, si vous souhaitez bénéficier de la portabilité de vos droits, c’est le dispositif Are que vous devez choisir, c’est-à-dire les indemnités mensuelles versées par Pôle Emploi. En effet, chaque mois, l’entrepreneur devra justifier du maintien de son indemnisation chômage auprès de son assureur. En règle générale, si vous optez pour le versement de capital, la portabilité s’arrête. N’hésitez pas à contacter votre assureur pour connaître toutes les conditions de maintien de la portabilité. 

Les points de vigilance à ne pas manquer 

Vous l’aurez compris, quelle que soit votre situation, l’assurance santé et prévoyance pour le créateur d’entreprise est indispensable. En tant qu’entrepreneur, vous devez vous poser les bonnes questions pour choisir. Quels sont mes besoins ? Quand ma portabilité s’arrête-t-elle ? Il convient aussi de vérifier certains points, comme : 

  • Les exclusions médicales personnelles ainsi que les exclusions médicales liées à des pratiques sportives
  • Le délai de franchise : sachez que le prix sera plus élevé si la franchise est courte 
  • Le barème : fonctionnel, professionnel ou mixte
  • La durée de versement : les indemnités journalières sont le plus souvent versées durant trois ans, mais certains régimes prévoient une durée beaucoup plus courte
  • L’assiette de calcul de la prestation : attention à la prestation indemnitaire qui dépend de la déclaration de revenus de la dernière année et qui peut vous desservir en cas de baisse de revenus
  • Le délai entre la déclaration du sinistre et le versement des prestations dans le cas où il y a une expertise
  • Enfin, le tarif proposé sera-t-il amené à évoluer en fonction d’éléments comme l’âge ou le secteur d’activité par exemple ? 

Les accidents de la vie peuvent impacter votre activité. Pour anticiper les risques, souscrire une couverture santé et prévoyance est indispensable. Pour faire le bon choix, n’hésitez pas à comparer les garanties proposées et à envisager la combinaison de différentes solutions. Enfin, si vous êtes chômeur-créateur d’entreprise, n’oubliez pas de peser les pour et les contre des dispositifs Are et Arce. 

Osmose est le partenaire pour vous aider dans le choix le plus pertinent en fonction de VOTRE situation.

Besoin d'un expert-comptable ?

Découvrez plus d'articles sur ce thème

Vers la fin de l’EIRL ?

C’est officiel ! Le projet de loi en faveur de l’activité professionnelle indépendante prévoit du changement. Désormais, tous les entrepreneurs individuels bénéficieront d’une protection de leurs biens

Lire la suite »